Conseil de la santé et du bien-être

Communiqué

Le Conseil de la santé et du bien-être réagit au dépôt du projet de loi 112

13 décembre 2002 – « Le gouvernement tend enfin vers un Québec sans pauvreté »

Le Conseil de la santé et du bien-être (CSBE) se réjouit de voir déposés le projet de loi amendé visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, et la Stratégie nationale qui en découle. « La perspective gouvernementale est désormais inscrite dans la Loi, de déclarer Mme Hélène Morais, présidente du Conseil, alors que le gouvernement s’engage à réduire les écarts socio-économiques de notre société. C’était là une des préoccupations exprimées par le Conseil en commission parlementaire, en octobre dernier, alors que nous avions à nouveau mis en lumière l'existence d'écarts importants non seulement entre des groupes mais aussi entre des régions. »

Mme Morais souligne également que les amendements apportés au projet de loi, au terme des consultations menées par la Commission des affaires sociales, répondent de façon satisfaisante aux questions soulevées par le CSBE et à plusieurs des demandes exprimées par nombre de personnes et organismes directement impliqués. Qu’il s’agisse, par exemple, de la garantie d'un revenu de base sans condition (le barème plancher) – « un prérequis, selon le Conseil, à une lutte véritable contre la pauvreté et l’exclusion sociale » –, ou l’adoption d’une clause d’impact qui amènera les différents ministères à identifier les impacts de leurs actions sur les conditions de vie des citoyens et citoyennes. Cette clause, estime Hélène Morais, assurera que toute décision gouvernementale sera dorénavant examinée à la lumière de son effet sur la pauvreté et sur les écarts de revenus.